COMMUNIQUE DE MARTINE AUBRY, MAIRE DE LILLE, ET AUDREY LINKENHELD, DEPUTEE DU NORD, CONSEILLERE MUNICIPALE DELEGUEE AU PLAN LILLOIS DE L'HABITAT

Publié le par Section de Lille Fives


 
Lille a besoin d'une régulation de ses loyers. La loi Alur le permet.
 
Hier, le Premier Ministre a annoncé que cet encadrement des loyers serait appliqué à titre expérimental à la seule ville de Paris.
 
Mais Paris n'est pas la seule ville de France à avoir besoin d'une régulation de ses loyers.
 
Nous souhaitons que Lille, malheureusement reconnue comme la troisième ville la plus chère de France, puisse également encadrer ses loyers.
 
Il  est bien sûr exact, pour reprendre les termes utilisés par le Premier Ministre, que "les conditions techniques ne sont pas partout réunies" pour fixer dès maintenant dans les agglomérations les plus tendues de notre pays des loyers locaux de référence. Comment pourrait-il en être autrement quelques mois à peine après l'adoption de la loi Alur ?
 
À Lille, depuis plus d'un an maintenant, nous travaillons en anticipation des obligations légales.
 
Plus que jamais, nous sommes déterminés à faire aboutir ce travail, car notre ville a cruellement besoin d'un dispositif national lui permettant de réguler localement ses loyers et de les rapprocher des capacités financières réelles de ses habitants, tout en préservant la rentabilité des investisseurs.
 
Nous demandons que, comme Paris, Lille et d'autres villes volontaires bénéficient de l'encadrement des loyers prévus par la loi Alur dans le respect de l'engagement 22 de François Hollande.
 
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article